image article cieau

La présence des nitrates dans l’eau pose question

25 septembre 2014

La présence des nitrates dans l'eau pose question depuis des années et les réponses font débat
Quels risques éventuels pour la santé ? Que dit la règlementation ? Faisons le point sur le sujet.

Indispensables à la vie

Les nitrates tiennent une place importante dans le cycle naturel de l’azote qui concerne toutes les plantes et les animaux. Mais aujourd’hui, il arrive parfois que la nature ne parvienne plus à en éliminer l’apport excessif lié aux activités humaines : rejets urbains, industriels et surtout agriculture et élevage intensif.

À savoir

La majeure partie des nitrates consommés provient de notre alimentation. Certains légumes sont particulièrement riches en nitrates tels que les radis, betterave, épinard, mâche, laitue, céleri et navet. À eux seuls, ils représentent 60 % des apports alimentaires en nitrates. D’autres, comme les pommes de terre, carottes, choux, courgettes et poireaux sont aussi des vecteurs importants car fortement consommés.

Des normes strictes

Une eau de boisson contenant 20 mg de nitrates par litre ne représentera qu’environ 10 % des apports en nitrates. Pour une concentration atteignant 50 mg de nitrates par litre, la contribution de l’eau dans l’exposition aux nitrates est estimée à 34 %.

Le saviez-vous ?

La norme de 50 mg/L a été fixée en fonction des risques courus par les populations les plus vulnérables : nourrissons et femmes enceintes.

Le nitrate en lui-même n’est pas toxique. C’est la transformation des nitrates en nitrites qui peut, potentiellement, avoir un impact négatif sur la santé. Dans le sang, la présence de ces nitrites peut en effet provoquer la formation de « méthémoglobine », une forme d’hémoglobine incapable de transporter l’oxygène. Chez l’adulte sain, l’acidité gastrique réduit le développement de la flore bactérienne et donc la formation de nitrites. Le nourrisson, en revanche, est plus exposé à ce risque en raison de l’immaturité de son système digestif. Et, contrairement à l’adulte, l’enfant de moins de 6 mois ne peut retransformer la méthémoglobine en hémoglobine. Cependant, quand la concentration en nitrates respecte la limite de qualité de 50 mg/L de nitrates dans l’eau, ce risque chez le nourrisson est considéré comme négligeable.

Respecter les règles d’hygiène pour le nourrisson

Les autorités sanitaires recommandent que les eaux conditionnées utilisées pour les nourrissons n’excèdent pas une concentration en nitrates de 10mg/L. Il faut également bien avoir à l’esprit que des mesures d’hygiène aident à éviter le développement de la flore microbienne à l’origine de toute transformation des nitrates en nitrites chez le nourrisson. Les ustensiles de préparation des aliments devront être ébouillantés ainsi que les biberons. Les délais entre préparation et consommation doivent être réduits au maximum.