Quel avenir pour l’exploitation de l’eau en Europe ?

Impacts des activités humaines sur les ressources

Chaque année, ce ne sont pas moins de plusieurs milliards de mètres cubes d’eau qui sont consommés par les Européens. Cette consommation sert à boire, mais aussi pour l’agriculture, la fabrication, le chauffage et le refroidissement, sans oublier le tourisme et autres divers secteurs de services.
Les réserves d’eau en Europe paraissent inépuisables ; notamment en présence de centaines de lacs d’eau douce, fleuves ou autres sources d’eaux souterraines, mais il ne faut cependant pas oublier la forte croissance démographique, l’urbanisation, a pollution ainsi que les conséquences du changement climatique qui font peser une pression gigantesque sur les approvisionnements en eau en Europe, ainsi que sur leur qualité. Quel avenir donc pour l’exploitation de l’eau en Europe ?

La quantité d’eau sous pression ?

Comme n’importe quelle autre ressource vitale ou n’importe quel organisme vivant, l’eau peut être soumise à des pressions, tout particulièrement lorsque la demande en eau dépasse l’offre ou que la mauvaise qualité restreint son utilisation. Aussi, les conditions climatiques et la demande en eau constituent deux facteurs clés déterminant le stress hydrique.

Même si certaines régions en Europe ont une abondance de ressources en eau douce, il est à constater que la disponibilité de l’eau ainsi que l’activité socioéconomique font tous deux l’objet d’une répartition inégale, ce qui provoque des différences considérables dans les niveaux de stress hydrique selon les saisons et les régions. C’est notamment le cas pour les réserves d’eau en France.

En Europe tout particulièrement, la demande en eau n’a cessé d’augmenter ces dernières 50 années, et pour cause : cela est notamment dû à la croissance démographique. C’est alors qu’on a pu constater une diminution globale de 24% des ressources en eau renouvelables par habitant ; diminution observée surtout dans le sud de l’Europe. Les raisons à cela : une baisse des précipitations. Il faut savoir qu’a l’été 2015, les ressources en eau renouvelables telles que les eaux souterraines, les lacs, les fleuves ou les réservoirs étaient inférieures de 20% par rapport à celles de l’année 2014 exactement à la même période et ce en raison d’une baisse des précipitations de 10%.

Les efforts déployés par l’Europe pour améliorer la qualité de l’eau

Ces trente dernières années ont été témoins d’énormes efforts fournis par les Etats membres de l’Union Européenne pour améliorer de manière considérable la qualité des étendues d’eau douce en Europe et ce, grâce à des règlements Européens comme la Directive-Cadre sur l’eau, la Directive relative au traitement des eaux urbaines ainsi que la Directive sur l’eau potable.

Les politiques de l’Union Européenne ont comme objectif une réduction des conséquences négatives de la pollution, du prélèvement excessif ainsi que d’autres pressions exercées sur l’eau et enfin ; de garantir la disponibilité en quantité suffisante d’une eau de bonne qualité autant pour les activités humaines que pour l’environnement. Au cours de ces dernières décennies, le traitement des eaux usées et la réduction de l’azote et du phosphore dans l’agriculture ont permis d’obtenir une nette amélioration dans la quantité d’eau.

Comment rendre l’eau durable : un enjeu Européen

Selon l’agence Européenne de l’Environnement, les objectifs indiqués en 2010 de la directive-Cadre sur l’eau ne seraient pas totalement atteints. Les Etats membres ont affiché des ambitions très disparates à l’échéance 2015 ; et pur certains d’entre eux, limitées à moins de 50% des masses d’eau en bon état. La commission Européenne a vu juste et a lancé de nombreuses procédures d’infraction à l’égard des Etats Membres et elle pense aussi à faire évoluer la législation pour mieux les guider, en partie dans la gestion quantitative de l’eau.

La protection des ressources en eau

Protéger les ressources en eau prévoit d’entamer deux énormes chantiers, qui sont :

  • L’achèvement de la mise en œuvre de la directive « eaux résiduaires urbaines ». Cette directive a été à l’origine d’une politique d’investissement utile et massive. Les fonds européens ont permis, en Europe Centrale, les fonds pour bâtir des usines de traitement des eaux pour grandes agglomérations, telles que celles de Budapest et Varsovie.
  • La lutte contre la pollution à la source. C’est avant la dilution des pollutions en milieu naturel que la lutte contre cette dernière est la plus efficace. Il est donc intéressant de remonter à leurs sources ; car le contrôle et la maîtrise des pollutions à leur source permet de mieux protéger les équilibres écologiques, la qualité de vie des populations riveraines ainsi que la qualité des eaux potables.

Le développement des ressources alternatives

Pour rendre l’eau durable, il est nécessaire de rééquilibrer les ressources disponibles et les ressources en demande d’eau. La quantité d’eau sur terre ne diminue pas ; l’eau est une ressource renouvelable, contrairement à d’autres ressources comme les hydrocarbures fossiles par exemple.

L’eau de mer : une ressource alternative d’eau en quantité illimitée

L’eau de mer est la ressource d’eau la plus abondante de la planète. Or, à l’échelle mondiale, une part infime de l’eau potable est produite par dessalement d’eau de mer, ce qui correspond à moins de 2%. En comparaison, 40% de la population vit à moins de 70 km d’un littoral. Mais le nombre d’usines de dessalement ne cesse d’augmenter : 16 000 ont déjà été construites. La plus grande usine de dessalement par osmose inverse actuellement en service est située à Ashkelon, en Israël. Sa production annuelle couvre les besoins de 1,4 million d’habitants.

Réutiliser les eaux usées traitées : une alternative d’avenir pour l’Europe

Les eaux usées recyclées constituent la ressource d’eau alternative la plus intéressante à exploiter dans les zones arides ou de stress hydrique. Cette méthode peut fournir de très grands volumes d’eau à des fins industrielles, agricoles ou encore domestiques.
Sur le plan économique, le traitement des eaux usées offre beaucoup d’avantages car elle se trouve là où on en a besoin et est la seule ressource qui grandit avec les besoins. Cette technique est moins onéreuse que le traitement de l’eau de mer. Sur le plan environnemental, cette technique évite de puiser dans les ressources en eau douce rare, elle accroît la productivité des eaux brutes prises initialement dans la nature en multipliant les cycles d’eau et enfin, réduit la charge polluante finalement rejetée dans le milieu naturel.