Croissance démographique, réchauffement climatique

Croissance démographique, réchauffement climatique, besoins énergétiques : comment vont évoluer les besoins en eau dans le monde ?

Selon l’ONU, nos besoins en eau vont augmenter de 50 % à l’horizon 2030 (chiffres 2017). Comment expliquer un tel bond en seulement 13 ans ?
Une population qui ne cesse de croître, un secteur agricole de plus en plus gourmand en eau et une demande en énergie qui explose… Autant de raisons qui expliquent une augmentation significative des besoins en eau à travers le monde. Hélas, cette demande en nette hausse s’accompagne d’une nette dégradation de l’approvisionnement en eau pour de nombreux pays (36 pays selon le rapport de l’UNICEF à l’occasion de la journée mondiale de l’eau en 2017). Pourquoi les besoins en eau augmentent autant ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Une croissance démographique qui explose

Avec une population actuelle de 7,4 milliards d’individus, la planète devrait accueillir près de 8 milliards d’habitants en 2030 et les prévisionnistes annoncent pour 2050 une population qui se situe entre 9 et 10 milliards, ce qui représente tout de même une croissance démographique de 80 millions d’habitants par an.

Cela induit nécessairement une augmentation des besoins en eau. Sachant qu’en 2050, environ 2/3 de la population mondiale vivra dans les grandes villes, principalement dans les pays en développement comme la Chine ou l’Inde, l’accès à l’eau risque d’être rendu encore plus difficile qu’actuellement car ces zones géographiques sont déjà en situation de déficit hydrique.

Or, non seulement les besoins en eau vont considérablement augmenter pour la consommation domestique au vu de cette croissance démographique, mais d’autres besoins indirects vont également exploser, et notamment les besoins liés au secteur agricole.

Croissance de la population par région - source ONU 2015

Source : ONU 2015

Un secteur agricole particulièrement gourmand en eau

Corollaire de la population mondiale qui augmente, les besoins en eau vont en s’accroissant significativement.

Qu’il s’agisse de demandes directes (comme l’accès à l’eau potable ou aux toilettes) ou de demandes indirectes (besoins en eau pour les produits agricoles), force est de constater que l’agriculture est le secteur qui consomme le plus de ressources en eau : près de 70 % de la consommation pour ce seul secteur, loin devant l’industrie (20 %) et les utilisations domestiques (10 %).

Sans changement de paradigme en matière d’agriculture, l’augmentation des besoins en eau pour le secteur devraient bondir de 70 à 90 % à l’horizon 2050 !

Utilisation de l'eau dans le monde - Source : planetoscope

Source : planetoscope

Des besoins énergétiques qui augmentent

Avec le développement des énergies renouvelables, la production de biocarburant ne cesse d’augmenter. Or, les besoins en eau pour produire cette énergie sont très importants.

La production d’un seul litre de biocarburant peut nécessiter jusqu’à 4000 litres d’eau.

Avec des besoins en énergie qui ne cessent d’augmenter (jusqu’à + 60 % entre 2012 et 2030 – Source : Agence Internationale de l’Énergie), les ressources en eau risquent de facto d’être de plus en plus utilisées pour produire cette énergie.

Consommation d’eau pour la culture de différentes espèces dédiées à la production de biocarburants (m3 d’eau par tep de carburant).

Consommation d’eau pour la culture de différentes espèces
dédiées à la production de biocarburants (m3 d’eau par tep de carburant).

Des comportements alimentaires qui évoluent

Avec un niveau de vie qui augmente dans des zones géographiques auparavant peu développées (telles que l’Afrique, le Moyen-Orient ou L’Asie), de nouveaux modes de consommation alimentaire apparaissent : ces populations mangent davantage de viande et de laitages, des produits inaccessibles auparavant.

Et si l’on tient compte en parallèle de la croissance démographique galopante dans ces pays, les besoins en viande ont également grimpé en flèche. Et qui dit production de viande dit besoins en eau très élevés : pour produire un seul kilo de viande, 15 500 litres d’eau sont nécessaires (contre seulement 900 litres pour produire 1 kg de pommes de terre).

Besoin en eau des aliments

Un réchauffement climatique
qui favorise la raréfaction de l’eau

Le réchauffement dû à la pollution atmosphérique d’origine humaine est estimé aujourd’hui à 0,5°C. Il devrait atteindre 1,5 à 2 degrés Celsius à l’horizon 2100.

Or, la montée des températures, directement liée à la production de gaz à effet de serre, accélère le cycle hydraulique, en augmentant les niveaux de précipitations et d’évaporation. Cela se traduit par la fonte des glaciers et la montée du niveau des océans.

Selon des estimations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le niveau global des océans devrait s’élever de 13 à 68 cm d’ici 2050.

Et certains scientifiques vont même jusqu’à prédire une montée des eaux de 2 mètres dans 100 ans, ce qui signifie que des villes comme New-York ou Miami seraient partiellement inondées.

Ainsi, le réchauffement climatique contribue à multiplier les évènements climatiques extrêmes, tels que :

  • Des inondations,
  • Des tempêtes,
  • Des sécheresses plus longues et plus intenses,
  • Des périodes de canicules également plus longues et plus fréquentes,
  • Des feux de forêts,
  • Des ouragans, tornades, typhons, cyclones ou encore vagues-submersion…

Tous ces phénomènes liés au dérèglement climatique concourent à rendre l’accès à l’eau plus difficile et la qualité de l’eau s’en ressent également.

Bien que les ressources en eau devraient être suffisantes à horizon 2030 pour satisfaire les besoins domestiques à travers le monde, le problème tient dans leur répartition entre les pays pauvres et les pays riches. Ainsi l’eau s’est peu à peu transformée en « or bleu » et devient un véritable enjeu géopolitique pour les pays dont l’accès est rendu difficile.

Les impacts du réchauffement climatique