Quels sont les usages domestiques de l’eau ?

Quelle est la consommation d’eau moyenne par ménage ?

Pour y voir plus clair sur les utilisations de l'eau dans les foyers français
Parce que le monde moderne s'est installé dans les foyers, la consommation moyenne d'eau au quotidien a longtemps augmenté ces dernières décennies. Or, l’eau est une ressource rare à préserver : un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable. Par ailleurs, la pollution conjuguée à une consommation abusive de l’homme contribue à réduire nos ressources naturelles en eau (baisse du niveau des nappes phréatiques).

Où en sommes-nous aujourd'hui ? Quels sont les postes consommant le plus d'eau ? Comment se répartissent les usages ? C'est ce que nous vous proposons de découvrir.

L'évolution des utilisations domestiques

À la fin du 18e siècle les hygiénistes estimaient qu’une personne utilisait, pour l’ensemble de ses besoins, 15 à 20 litres d’eau. En France, au début du siècle dernier, la qualité de l’eau était médiocre et peu de villes disposaient de réseaux d’eau potable. Aller chercher l’eau à la source ou au puits, laver son linge au lavoir… toutes ces corvées faisaient partie des tâches quotidiennes, jusqu’à la 2de Guerre Mondiale. Les évolutions économiques et sociales, la modernisation, l’urbanisation, la distribution d’eau dans les logements ont peu à peu modifiés nos usages domestiques de l’eau.

Quelle est la consommation d’eau dans les foyers français aujourd'hui ?

Selon l’INSEE, un foyer français de 2,5 personnes en moyenne utilise 329 litres d’eau par jour soit, globalement, une utilisation annuelle de 120 mètres cubes. Pour obtenir l’utilisation globale d’une famille, il ne suffit pas de multiplier ce chiffre par le nombre d’individus vivant sous le même toit. Certains usages de l’eau impliquent en effet des utilisations identiques, quel que soit le nombre de personnes au foyer. Par exemple ? Le nettoyage de l’habitat est un poste globalement incompressible, tout comme le volume d’eau nécessaire à une vaisselle ou une lessive en machine reste le même. Ces appareils tournent de la même façon pour une ou plusieurs personnes.

Ce chiffre diffère toutefois sensiblement en fonction d’un certain nombre de critères :

  • Le niveau de revenu : les personnes à revenu modeste utilisent en moyenne 90 litres d’eau/jour. Plus le niveau de vie est élevé, plus l’utilisation de l’eau augmente.
  • L’âge : un adulte utilise nettement plus d’eau que les enfants (69 litres par jour en moyenne) ou les personnes âgées (105 litres).
    Notons le cas particulier des résidences spécialisées pour les personnes âgées : les utilisations y atteignent 240 à 310 litres par jour, selon l’âge des résidents et la nature des installations.
  • Le mode de vie : les sportifs se caractérisent par une consommation d’eau plus importante que la moyenne (204 litres par jour en moyenne) due à une hydratation intense et à des douches journalières répétées. Par ailleurs, le Français en vacances se montre moins économe, son utilisation moyenne passe alors à 230 litres d’eau par jour.
  • La géographie : le climat (région humide ou exposée à la sécheresse), la présence importante d’habitats individuels, l’existence de jardins, pelouses, piscines et l’activité touristique influent sur les besoins en eau et sur la consommation domestique moyenne d’eau du robinet par an et par habitant. Pour exemple, 109 litres/jour en région Nord-Pas-de-Calais vs 228 litres/jour en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La consommation en eau de chaque logement figure sur le compteur d’eau installé dans l’habitation. Elle permet d’établir le prix de l’eau qui sera ensuite facturé à chaque foyer raccordé au réseau public.

Une consommation domestique en baisse depuis 10 ans

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette tendance :

  • Les comportements éco citoyens, pour la préservation de la ressource en eau (maintenir le niveau des nappes phréatiques) et la lutte contre le gaspillage (récupérer l’eau de pluie, laver sa voiture avec de l’eau non potable, prendre une douche plutôt que prendre un bain, utilisation de stop-douche, régulateur de débit ou robinet thermostatique… autant d’éco gestes qui permettent une économie d’eau)
  • Le renouvellement progressif en équipements sanitaires et appareils électroménagers à consommation d’énergie réduite (lave-linge et lave-vaisselle à faible consommation d’eau)
  • La surveillance et rénovation des usines (potabilisation, dessalement, station d’épuration, traitement des eaux usées) et réseaux de distribution d’eau potable contribuant à limiter les pertes d’eau.
  • La volonté d’économiser l’eau et de réduire le montant de la facture d’eau

Répartition par usage

Répartition par usage

Il est délicat de chiffrer précisément la répartition des différentes utilisations domestiques de l’eau. Dans chaque cas, l’utilisation variera en fonction du matériel utilisé et des habitudes de chacun : certains lave-vaisselles sont plus économes en eau que d’autres ; le volume d’eau consommé par une douche sera différent selon la durée, le débit et l’utilisation ou non d’un mitigeur par exemple ; certains appareils mal réglés peuvent entraîner une surconsommation d’eau ; la quantité d’eau de la chasse d’eau varie avec le volume du réservoir, etc.

Utilisations moyennes (en litres) des différents points d’eau du foyer

Utilisations moyennes (en litres) des différents points d'eau du foyer

La quantité d’eau utilisée peut fortement s’accroître en raison des fuites (ex. : robinet qui goutte). Celles-ci peuvent représenter 15 à 20 % de l’utilisation faite par les ménages.

Par exemple :

  • Goutte-à-goutte : 4 litres par heure soit 35 m3 par an
  • Mince filet d’eau : 16 litres par heure soit 140 m3 par an
  • Chasse d’eau qui fuit : 25 litres par heure soit 220 m3 par an

 

Les utilisations de la collectivité

Sortis de la maison, nous sommes tous directement ou indirectement à l’origine d’un certain nombre d’utilisations d’eau collectives. Ils concernent essentiellement les services publics (communes, administrations, écoles, hôpitaux…) et les activités économiques principalement tertiaire (au bureau, du fleuriste, au supermarché…)