lavage des mains

Sécheresse cutanée dans le contexte du Covid 19

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid 19, certaines personnes ont constaté que leur peau tiraille davantage et qu’elle est plus sèche que d’habitude.
Il y a des plusieurs raisons à cela : plus de chlore dans l’eau, plus de stress lié au confinement, des lavages plus fréquents, un air plus sec dans nos habitations…, autant de facteurs concourent à augmenter la sécheresse cutanée. Mais aucune inquiétude à avoir : non seulement ce phénomène est tout à fait bénin et transitoire, mais il existe en outre des solutions pour hydrater, apaiser et assouplir votre épiderme durant la crise sanitaire du Covid 19. Des conseils qui peuvent bien entendu être appliqués tout au long de l’année, en cas de signes de sécheresse cutanée (eczéma, irritation, rougeurs…).

Plus de lavages de mains et une utilisation fréquente de gel hydroalcoolique

Parmi les mesures barrières permettant de se protéger du Coronavirus, le lavage très régulier des mains et à défaut, l’utilisation de gel hydroalcoolique sont particulièrement efficaces. Il est conseillé de se laver les mains très fréquemment (entre 7 et 12 fois par jour) et durant au moins trente secondes. De même, lorsque vous sortez, il est important d’avoir sur soi du gel hydroalcoolique ou d’utiliser ceux qui sont mis à disposition dans les lieux publics (supermarchés, cabinets médicaux, boutiques…). Il faut en déposer une noix au creux de la main et frotter les deux mains en profondeur (y compris entre chaque doigt, les ongles et la base des poignets) durant 20 à 30 secondes.

Plus que le simple lavage des mains, c’est surtout l’utilisation fréquente du gel hydroalcoolique qui assèche l’épiderme, provoquant selon les natures de peaux, un inconfort, des tiraillements, une irritation, et dans le cas des peaux très sensibles, des rougeurs ou encore des plaques d’eczéma.

Mais alors comment expliquer que d’autres parties du corps peuvent également souffrir de sécheresse cutanée ? Aucune étude n’indique que les français prennent plus de douches que d’habitude en période de confinement, toutefois, il est possible que le taux de chlore dans l’eau potable soit légèrement supérieure durant la crise sanitaire.

Plus de chlore dans certains réseaux d’eau potable

En effet, certaines Agences de l’eau à l’échelle régionale, ont pris la décision d’augmenter le taux de chlore dans l’eau potable pour garantir la qualité de l’eau durant la crise sanitaire.

Certaines agences comme La SEOP (Société des Eaux de l’Ouest Parisien) ont fait ce choix partant du principe que la consommation d’eau ayant fortement diminué du fait de l’arrêt de nombreuses entreprises, l’eau stagne davantage dans les canalisations, risquant ainsi d’altérer la qualité de l’eau durant son transport.

Le rôle du chlore dans la désinfection de l’eau

Dans le monde, 80% des eaux de distribution sont traitées par le chlore. Le chlore est en effet un puissant oxydant qui désinfecte l’eau en détruisant les bactéries, les germes vivants et les matières organiques.
La chloration est la dernière étape du traitement de l’eau potable avant sa distribution dans les habitations et les entreprises en vue de sa consommation.
Le chlore a la capacité de persister dans l’eau, c’est pourquoi il est utilisé pour assurer la qualité de l’eau durant son transport dans les canalisations.

Des surchlorations qui ne sont pas systématiques

Les réseaux de distribution varient d’une région à l’autre. Certaines installations sont déjà bien couvertes en chlore et ne nécessitent pas de surchloration de l’eau. Mais dans certains territoires, il est possible qu’une baisse de consommation en eau nécessite un ajout de résiduels de chlore pour assurer une bonne couverture en chlore tout au long du circuit de distribution. En effet, lorsqu’il y a moins de volume qui circule, l’eau tend à stagner dans les canalisations et une surchloration s’avère nécessaire pour maintenir le taux de chlore dans l’eau jusqu’à son arrivée dans les robinets.

Rappelons qu’en cette période de crise sanitaire liée au Covid 19, les Agences Régionales de l’Eau (ARS) n’ont pas modifié leur ligne de conduite et suivent les recommandations de l’OMS qui fixe de seuil de chloration en sortie d’usine à au moins 0,5 mg/L.

Il revient donc à chaque exploitant d’analyser son propre réseau de distribution pour prendre les mesures nécessaires en vue de garantir la qualité microbiologique de l’eau pour la consommation humaine.

Un confinement qui rend l’air plus sec

Au début du confinement, les appareils de chauffage étaient encore en marche. Aussi, en passant davantage de temps dans un environnement clos et chauffé, il normal que le taux d’humidité dans l’air diminue entrainant des démangeaisons de la peau et des yeux, les lèvres plus sèches, voire des irritations au niveau de la gorge et des sinus.

D’après les scientifiques, le taux d’humidité normal de l’air devrait être compris entre 40 et 60 %. Aussi, en cas d’air trop sec, vous pouvez utiliser un humidificateur d’air.

Et le stress dans tout ça ?

Il n’aura échappé à personne que nous traversons une période pour le moins inédite et qui engendre de nombreuses interrogations. Cette pandémie qui touche le monde entier est source de stress tant pour notre propre santé et celle de nos proches que pour la situation économique du pays et de facto, de possibles difficultés financières qui en découleraient.

Alors comment expliquer que la peau ressente les effets du stress ?

Eh bien, en cas de stress, l’organisme produit des hormones de stress qui se répandent dans tous les corps et passe notamment par les tissus cellulaires de la peau. Ces hormones libèrent des molécules qui affaiblissent le système immunitaire. Et la peau, bien que jouant son rôle de barrière naturelle, n’est pas épargnée par ce phénomène, elle s’en trouve fragilisée.

Quelles solutions pour retrouver ou conserver une peau souple et bien hydratée ?

Des douches plus rapides et moins fréquentes

Si vous constatez que l’eau du robinet a tendance à assécher votre peau, essayez de réduire la fréquence des douches (par exemple, une douche tous les deux jours) et sachez que quelques minutes suffisent pour vous laver correctement, le temps d’une chanson par exemple.

Ne lésinez pas sur les eaux micellaires, les crèmes hydratantes et réparatrices

Lorsque vous appliquez une crème hydratante, elle dépose un film gras sur la peau qui permet de maintenir de retarder l’évaporation de l’eau.
Si vous avez une peau de crocodile sur le corps, ultra sèche et qui vous démange, n’hésitez à opter pour une crème riche qui va réparer la barrière cutanée et pensez à en appliquer généreusement chaque jour sur tout le corps.
Sur votre visage, évitez les nettoyages trop agressifs, appliquez une eau micellaire à l’aide d’un coton et terminez votre toilette par une couche généreuse de crème hydratante sur le visage et le cou.
Pour les lèvres, même au sortir de l’hiver, si ces dernières se gercent facilement, appliquez du baume à lèvres plusieurs fois par jour.
Quant aux mains, il existe des crèmes spécialement adaptées pour bien réhydrater la peau et rendre vos mains plus douces et souples.

Pas plus de 21° à la maison

Veillez à ne pas dépasser la température intérieure de votre habitat au-delà de 21°. Pour humidifier l’air, pensez aussi à aérer votre intérieur plusieurs fois par jour et à utiliser si nécessaire, un humidificateur d’air dans votre salon par exemple.

Aérez-vous le corps et l’esprit

Rien ne vaut une bonne promenade à l’air pur (le confinement a ceci de bon que l’air est beaucoup plus sain et pur) pour vous maintenir en forme et apaiser les tensions du quotidien liées aux informations anxiogènes qui peuvent circuler ici ou là. En prenant soin attentivement de votre corps et de votre moral, vous traverserez cette crise beaucoup sereinement.

Et n’oubliez pas : cette crise sanitaire est transitoire et la surchloration de l’eau ne présente absolument aucun risque pour la santé humaine.