Notre eau du robinet est-elle éprouvée par de nouveaux polluants ?

Notre eau du robinet est-elle éprouvée par de nouveaux polluants ?

Ici, retrouvez toutes les réponses à vos questions !
Les gros titres nous alertent régulièrement sur la présence, dans l'eau du robinet, de nouvelles molécules qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur notre santé. Qu'en est-il réellement ? Devons-nous craindre notre eau du robinet ?

Eau & amélioration de la qualité de vie

Avant toute chose, souvenons-nous que l’espérance de vie des français est passée de 25 ans au XVIIIe siècle à 80 ans en 2013. Cette augmentation considérable est liée à une meilleure prise en charge préventive et curative de la santé mais aussi à une eau du robinet de qualité toujours croissante. Les progrès sanitaires sont des conséquences immédiates de la généralisation de la distribution d’eau. L’industrialisation et le perfectionnement des pratiques agricoles ont largement contribué à l’amélioration de la vie quotidienne mais n’ont pas été sans conséquence sur l’environnement et les ressources en eau. Si ces impacts doivent évidemment être pris en considération, n’oublions pas pour autant les bénéfices du progrès sur nos vies.

Repérer, grâce au progrès, des micropolluants indécelables

Auparavant imperceptibles, certaines doses de micropolluants sont désormais révélées grâce au progrès constants des techniques de mesure. Même si aucune conséquence sanitaire n’est démontrée à ce jour, les pouvoirs publics et les professionnels de l’eau ont pris en compte cette problématique sur la pollution des eaux depuis plus de 10 ans. Les rejets de la médecine humaine et vétérinaire (dans les urines et fèces) et plus ponctuellement des rejets de l’industrie chimique et pharmaceutique.

Des résidus de médicaments dans l'eau des rivières

On retrouve, sur l’ensemble de notre planète, à de faibles doses, des résidus de substances médicamenteuses, dans le milieu naturel et les eaux usées, ce qui peut représenter un risque pour la faune aquatique. Existe-t-il des risques sanitaires liés à ces résidus ? Difficiles à quantifier. Mais, s’agissant de l’eau que nous buvons, rappelons tout de même que nous ne consommons pas directement l’eau des rivières car cette eau n’est pas potable. Elle est d’abord traitée avant d’être distribuée à nos robinets ! Si des traces sont détectées dans certains fleuves ou rivières, leur présence dans les eaux de boisson est très limitée et à des doses particulièrement faibles, de l’ordre du millionième de gramme. Ces valeurs, loin des doses que l’on peut retrouver dans les cours d’eau, démontrent bien l’efficacité des procédés de traitement de l’eau potable.

D'autres éléments pouvant dégrader le milieu naturel

Au-delà des médicaments, différents types de molécules peuvent polluer les ressources en eau : pesticides, plastifiants, hydrocarbures, ou, au final, tous produits utilisé au quotidien… Aujourd’hui, cet effet « mélange de molécules » mobilise des programmes de recherches spécifiques se déroulant dans le monde entier. Tous les acteurs de l’eau sont impliqués : laboratoires de recherche publics, associations, élus et services de l’Etat, professionnels de santé et chercheurs… Ils évaluent l’influence sur la santé de ces mélanges de micropolluants par des études très larges qui devront mesurer avec précision les différentes sources d’exposition comme les aliments, l’air, les cosmétiques… Notez cependant que, pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’eau potable reste une voie mineure d’exposition à ces composés.

Des solutions de traitement d'eau potable spécifiques

Depuis de nombreuses années, les professionnels de l’eau œuvrent pour que l’évaluation des résidus de médicaments dans l’eau soit affinée et proposent des solutions de traitement d’eau potable spécifiques, notamment pour les rejets des hôpitaux et des maisons de soin. La recherche de traces de résidus médicamenteux dans les eaux du robinet fait l’objet d’investigations dans le cadre du Plan National sur les Résidus de Médicaments dans l’eau (PNRM) mis en place par les ministères de la Santé et de l’Environnement. Il vise à l’évaluation des risques environnementaux et sanitaires et à la mise en place de stratégies visant à réduire les sources de pollution des eaux et à renforcer la surveillance.

Des gestes au quotidien pour préserver la ressource en eau

La présence des résidus de médicaments dans l’environnement et dans les eaux peut être réduite par des dispositions simples, sans coût excessif. Ces mesures intéressent, par exemple, les rejets de l’industrie pharmaceutique, la gestion des déchets à risque en hôpital, l’optimisation de l’usage des antibiotiques dans certaines filières animales…