L'eau et le dépassement de la norme de qualité

Quels contrôles pour une eau du robinet sûre en France ?

Rappel de l'ensemble des mesures en place pour nous assurer une eau de qualité
L'eau du robinet, destinée à la consommation humaine, fait-elle l'objet d'une surveillance constante en France ? Des interventions sont-elles effectuées à chaque stade de production ? Pour savoir pourquoi et comment les contrôles sanitaires permanents rendent l'eau du robinet sûre, retour sur l'ensemble des mesures menées.

Un objectif de qualité à chaque étape de potabilisation de l'eau

L’eau délivrée au robinet est surveillée en permanence à différents points, et notamment lors de la mise en distribution. Elle va subir un premier contrôle sanitaire au moment de son captage puis tout au long de son traitement de potabilisation afin de prendre le plus rapidement possible les mesures nécessaires en cas de non-conformité. Ces contrôles constants sont assurés par le responsable de distribution, c’est-à-dire soit la commune via son service de l’eau, soit l’entreprise à qui la mission de traitement et de distribution d’eau est déléguée.

« En France, l’eau qui coule à nos robinets est parmi les plus sûres au monde ».
Philippe Hartemann – Professeur de Santé Publique

Des contrôles réguliers par les Agences Régionales de Santé (ARS)

Captages, stations de traitement des eaux, réseaux de distribution de l’eau potable, robinet de l’utilisateur… Tous font l’objet de contrôles sanitaires réguliers mis en œuvre par les Agences Régionales de Santé (ARS) sous l’autorité du préfet, pour permettre de :

  • vérifier la qualité physico-chimique et bactériologique (absence de micro-organismes et présence à des taux suffisamment faibles de substances susceptibles d’avoir un effet sur la santé : hydrocarbures, chlore, nitrites, légionnelles, métaux lourds…).
  • contrôler la qualité sanitaire des installations de production, de stockage et de distribution (canalisations, joints, vannes, réservoirs…pouvant être le siège de germes, résidus, tartre et autres polluants).

Les analyses officielles sont effectuées par les laboratoires d’analyses agréés par le Ministère de la Santé. La fréquence des prélèvements et le contenu des analyses dépendent de la ressource utilisée, du débit des installations et de la densité de la population desservie.

Que prévoient ces programmes d’analyses de l’eau ? Le contrôle des paramètres bactériologiques, chimiques, organoleptiques et des indicateurs de radioactivité. L’analyse de l’eau doit respecter les lignes directrices de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en ce qui concerne la qualité sanitaire. Le programme standard d’analyse peut être adapté aux spécificités locales et être renforcé si la qualité des eaux brutes subit d’importantes variations ou si la protection du point de captage est insuffisante.

Devoir d'information sur la qualité de l'eau

Pour vous informer sur la qualité de l’eau potable de votre commune, plusieurs moyens :

http://www.dailymotion.com/video/xgxx49_les-donnees-sur-la-qualite-de-l-eau-sont-elles-communiquees_news

Que se passe-t-il en cas de dépassement de la norme de qualité de l’eau potable en France ?

Lorsque les contrôles de qualité réalisés dans le réseau de distribution montrent qu’un des polluants dépasse sa norme, le responsable de la distribution doit informer le maire ainsi que le préfet et l’Agence Régionale de Santé (ARS) qui sont les autorités sanitaires. Il effectue une enquête afin de déterminer les causes du dépassement et informe le maire et les autorités sanitaires de ses résultats. Il prend le plus rapidement possible les mesures nécessaires pour rétablir la qualité de l’eau (réglage d’un traitement de désinfection, arrêt d’un captage d’eau, mélange d’eaux…).

En cas de dépassement des limites de qualité de l’eau de robinet en France, l’Agence Régionale de Santé (ARS) évalue les risques sanitaires et le préfet peut décider de prononcer une décision de restriction de la consommation d’eau pour certains usages ou d’arrêter la distribution d’eau, notamment en cas de risques microbiologiques. La population est immédiatement informée par les autorités sanitaires locales de la conduite à tenir.

Certains dépassements ponctuels et modérés de normes sont parfois tolérés s’ils ne présentent aucun risque de contamination et ne menacent en rien la santé des personnes, étant donné la marge de sécurité appliquée lors du calcul des normes. Pour les paramètres microbiologiques, c’est toujours la tolérance zéro.