Assises de l’eau locales : quelle est la perception des consommateurs des Hauts de France ?

5 juillet 2018

Marillys Macé, Directrice du Centre d’information sur l’eau, a participé à une manifestation organisée par l’Agence de l’Eau Artois Picardie le 21 juin à Douai, dans le cadre des Assises de l’eau locales.

82% d'usagers satisfaits

Lors d’une table ronde sur la perception des consommateurs, elle a dévoilé la déclinaison régionale du baromètre d’opinion C.I.eau / TNS Sofres « Les Français et l’Eau » dans les Hauts de France.

Marillys Macé a rappelé que dans la région, 82% des usagers s’estiment satisfaits du service de l’eau. Cette majorité est toutefois un peu moins nette que sur l’ensemble de la France (87%). Dans cette région, la proportion d’usagés sachant qui fixe le prix de l’eau est moins grande que sur l’ensemble du territoire (municipalité 21% vs 29% – gestionnaire 57% vs 61%).

Un tiers seulement (33%) savent que les eaux usées sont traitées avant leur retour dans leur milieu naturel, tandis que 41% des Français dans leur ensemble savent qu’elles doivent être dépolluées avant d’être rejetées dans la nature.

Autre singularité régionale, la confiance en la qualité de l’eau est moins forte (66%) qu’à l’échelle nationale (80%). Près d’un quart des habitants (22%) ignorent que l’eau subit de multiples traitements pour être potable (13% à l’échelle du territoire).

On observe également une moindre consommation d’eau du robinet : 37% des usagers des Hauts de France déclarent boire de l’eau du robinet tous les jours (64% au plan national). Ils sont d’ailleurs 73% à boire quotidiennement en bouteille (vs 51%). Dans cette région, l’eau du robinet est plutôt considérée comme un dépannage quand il n’y a plus d’eau en bouteille. On lui reproche surtout un goût de chlore (85% vs 72%) et la présence de calcaire (61% vs 54%).

Les habitants des Hauts de France semblent moins inquiets que l’ensemble des Français sur la disponibilité des ressources et portent donc une attention moins marquée pour les éco-gestes du quotidien. 75% (vs 85%) se disent attentifs aux fuites.

Concernant la perception sur la politique publique de l’eau en France, la Directrice du Centre a également souligné que les Français connaissaient mieux le rôle des collectivités locales et des agences de l’eau (41%), que celui de l’Etat (36%). Selon la même enquête du C.I.eau menée en mars par Tns-Sofres, ils attendent, en priorité, que l’état s’engage sur la préservation de la qualité de l’eau potable.

En matière de prix du service, les 2/3 des consommateurs sont disposés à payer plus cher leur eau pour en améliorer le service (65%) et 52% accepteraient une hausse du prix du service pour limiter les fuites sur les réseaux. Enfin, 64% souhaitent de l’information sur les traitements pour produire l’eau potable et 53% sur les investissements réalisés

Pour en savoir plus, consultez l’Observatoire de l’eau.