journée-mondiale-des-toilettes--2021-(3)

Journée mondiale des toilettes 2021

3,6 milliards de personnes ne disposent pas d’installations convenables.
Le Centre d’Information sur l’Eau soutient chaque année cette campagne pour qu’en 2030 soit atteint l’objectif de développement durable 6 « garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable ».

3,6 milliards de personnes ne disposent pas d’installations convenables.

Une journée mondiale des toilettes, cela peut prêter à sourire. Et pourtant : « Sans assainissement des eaux usées, les rivières, les plages et les cultures vivrières sont contaminées et des maladies mortelles se propagent dans la population. « La vie sans toilettes est malpropre, dangereuse, humiliante » (United Nation Water). C’est pourquoi, le Centre d’Information sur l’Eau soutient chaque année cette campagne pour qu’en 2030 soit atteint l’objectif de développement durable 6 « garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable ».

Vous avez des toilettes ? Dites merci à nos services d’assainissement comme 89% des consommateurs (Les Français et l’eau – étude C.I.eu/Kantar 2020)

Dans le monde, 892 millions de personnes font encore leurs besoins à l’air libre. En France, la quasi-totalité des foyers dispose depuis les années 1960 de toilettes à domicile. Et, parfois, d’un équipement sanitaire sophistiqué, comme les chasses d’eau à deux vitesses qui permettent de limiter la consommation à 3 ou 6 litres contre 9 à 12 litres pour une chasse d’eau classique. La chasse d’eau représente 20% de l’eau utilisée dans la maison.
Ce confort élémentaire nous permet de respecter les règles d’hygiène les plus fondamentales. Nombre de personnes ne savent pas que l’abattant pour WC a une fonction hygiénique : éviter les éclaboussures et le risque de transmission de bactéries au moment de tirer la chasse d’eau. Il est donc fortement recommandé de le fermer.

Les toilettes produisent des eaux usées qui doivent être correctement collectées et dépolluées pour ne pas menacer la santé humaine et polluer l’environnement. Avec plus de 20 000 stations de traitement des eaux usées, la France fait partie des bons élèves de l’Europe en raison des rendements épuratoires de bon niveau. Il existe néanmoins des besoins d’amélioration concernant les rejets d’eaux usées de certaines agglomérations qui rappellent le besoin de réinvestir dans ces infrastructures. 77% des usagers domestiques considèrent que la bonne marche du traitement des eaux usées nécessite des investissements lourds (Les Français et l’eau – étude CIeau/Kantar 2020).

Le traitement des eaux usées : un tabou se lève

La France est capable de solutions technologiques pour que les eaux usées jouent un rôle dans la limitation de la pénurie et la préservation de la ressource en eau. La réutilisation des eaux usées assainies (seulement 11% au niveau mondial et 1% en France) est, par exemple, une source importante d’irrigation agricole. Les eaux usées ont également un grand potentiel en tant que source de nutriments et d’énergie.

Enfin, les eaux usées peuvent être une vigie pour la santé publique. L’épidémie de covid-19 a induit le développement d’une technologie stratégique majeure. Un suivi de la propagation en temps réel du virus dans la population est possible à partir de l’analyse des charges virales dans les eaux usées. L’Académie Nationale de Médecine a préconisé la généralisation de cette détection et a souligné que cet outil pourrait s’étendre à d’autres virus, comme celui de la grippe ou l’agent des bronchiolites.

*Baromètre Kantar / CIEAU « Les Français et l’eau » 2020

 

Contact presse : Nathalie Davoisne – ndavoisne@cieau.com / 01 42 56 50 33

Télécharger le communiqué de presse