Les déchets à ne pas jeter aux toilettes

Les déchets qu’il ne faut surtout pas jeter dans les toilettes

Une quantité impressionnante de déchets en tous genres sont ramassés quotidiennement par les services d’assainissement des eaux usées : fil dentaire, litière pour chat, lingettes, tampons périodiques et même des couches-culottes…
La liste est longue et montre combien certains usagers utilisent les toilettes comme une poubelle sans prendre la mesure des conséquences écologiques et économiques du déversement de ces déchets.
Un geste a priori anodin comme jeter des cotons-tiges, des médicaments ou des lentilles de contact dans les toilettes n’est malheureusement pas sans conséquences : canalisations bouchées, obstruction des grilles de filtrage dans les stations d’épuration, débordement, résidus complexes ne pouvant être traités…, avec à la clé une pollution du milieu naturel (océans, champs, cours d’eau, etc.) et un dérèglement de l’écosystème. Vous trouverez dans cet article, quelques exemples de déchets à ne surtout pas jeter dans les toilettes.

Les lingettes

Bien souvent estampillées biodégradables, les lingettes (lingettes pour bébé, lingettes désinfectantes, lingettes intimes…) font partie des déchets qu’on retrouve le plus souvent dans les réseaux d’assainissement. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), les lingettes avec les couches-culottes représentent plus de 10 % des ordures ménagères des français. Or, les lingettes dites biodégradables sont extrêmement résistantes et ne se dégradent en réalité qu’au bout de 3 mois. Si elles échouent dans les égouts, elles se gorgent de matières visqueuses et finissent par obstruer les grilles de filtrage à l’entrée des stations d’épuration.

En 2018, des lingettes jetées dans les toilettes ont même provoqué un début de pollution dans un cours d’eau en Bretagne. D’où l’importance de jeter systématiquement ses lingettes dans une poubelle.

Les cotons-tiges

Véritable fléau écologique, les cotons-tiges en plastique seront heureusement interdits en 2020. Bien trop petits pour être interceptés par les grilles de filtration, ils se retrouvent en grande quantité dans les milieux aquatiques. Non seulement ils diffusent en continu des substances chimiques dans la nature mais ils mettent en danger les animaux qui les ingèrent (tortues, poissons, oiseaux…).

Les tampons et protections périodiques

D’après une étude menée en 2016 par l’ONG Surfrider, « les applicateurs de tampons hygiéniques figurent parmi les 10 déchets de plastiques les plus fréquemment trouvés dans les océans ».

Au-delà des emballages plastiques extrêmement nocifs pour l’environnement, les serviettes et les tampons hygiéniques ne se dissolvent pas dans l’eau. Ils risquent de boucher les canalisations et d’obstruer les pompes d’épuration. De plus, ces produits en fibre de coton contiennent des substances toxiques néfastes pour l’environnement : phtalates, pesticides, dioxines.

Les rouleaux de papier toilette

De plus en plus de rouleaux de papier toilette sont présentés comme étant biodégradables et pouvant être jetés sans crainte dans les toilettes. Certes, ils se désagrègent très rapidement dans l’eau mais ils ne disparaissent jamais tout à fait et provoquent des dépôts qui encrassent les usines de traitement.

Qu’ils soient biodégradables ou non, il est préférable de jeter ses rouleaux de papier toilette dans une poubelle jaune dédiée aux emballages.

Les médicaments

D’après un sondage IFOP réalisé pour Les Entreprises du Médicament, 35 % des français affirment jeter leurs médicaments dans les toilettes, dans la poubelle ou dans le lavabo. Or, les résidus médicamenteux sont particulièrement toxiques pour l’environnement, ils polluent les nappes phréatiques et fragilisent l’ensemble de l’écosystème.

Le bon réflexe à adopter : déposez systématiquement vos médicaments périmés ou dont vous n’avez plus l’usage chez votre pharmacien.

Les lentilles de contact et les préservatifs

Composés de matières plastiques (le latex notamment pour les préservatifs), ces déchets sont ne pas biodégradables, ils obstruent les canalisations et se retrouvent bien souvent dans les boues d’épuration. Ils représentent un véritable danger pour les animaux qui les ingèrent.

La peinture

Si vous utilisez de la peinture chez vous, ne la jetez jamais dans les toilettes. Elle contient des substances toxiques (pesticides, diluants…) qui non seulement ne peuvent pas s’éliminer par des traitements classiques mais qui risquent en outre de contaminer les microorganismes nécessaires au bon fonctionnement des stations d’épuration.

Les huiles et les graisses alimentaires

Ne jetez pas les graisses usagées dans les toilettes car le gras au contact de l’eau s’agglomère pour former des tampons et boucher les canalisations.

En 2015, le déversement de graisses alimentaires et d’huiles de cuisine dans les canalisations du centre de Londres ont formé un iceberg de graisse (fatberg) d’une longueur 40 mètres et d’un poids de 10 tonnes provoquant des dégâts considérables et des réparations longues et coûteuses.

Il est non seulement important de ne jamais jeter de graisses dans les toilettes, mais il est également conseillé d’essuyer la vaisselle graisseuse avec de l’essuie-tout avant de la laver.

La litière pour chat

De même que pour les lingettes, certains fabricants affirment que la litière pour chat est biodégradable. Or, le volume d’eau déversé par une chasse d’eau est loin d’être suffisant pour évacuer correctement une litière.

De plus, une litière pour chat contient une substance absorbante qui peut faire gonfler jusqu’à 15 fois son volume original. Jetée dans les toilettes, elle risque de boucher les canalisations, d’obstruer les grilles de filtrage, de créer des débordements et de polluer la nature.

Si vous achetez de la litière dite « biodégradable », il est conseillé de la déposer dans un bac à compost plutôt que de la jeter dans les toilettes. Pour toutes les autres litières, il faut les jeter avec les déjections du chat dans la poubelle.

Ces petits riens qui peuvent causer beaucoup de

Fil dentaire, chewing-gums, mégots de cigarettes, cheveux… Ces déchets qui semblent anodins n’ont rien à faire dans les cuvettes des toilettes. De petite taille, ils passent bien souvent au travers des grilles de filtration, risquent de boucher les canalisations et atterrissent parfois dans la nature, provoquant la pollution des cours d’eau et des rivières.

Finalement, que peut-on jeter dans les toilettes ?

Hormis l’urine, les selles et le papier toilette, la cuvette des WC n’a pas vocation à recevoir d’autres déchets. Les canalisations et les stations d’épuration ne sont donc pas conçues pour traiter tous les déchets que nous venons de citer dans cet article et dont la liste n’est pas exhaustive. Il convient de respecter les consignes de tri et de jeter ces déchets dans des poubelles adaptées.