Les hydrauliciens et fontainiers, l'exploit caché de Versailles ?(partie 2/2)

Par le Centre d'information sur l'eau, le mercredi 23 septembre 2015 10:28

Frédéric Tiberghien, maître des requêtes au Conseil d'État et spécialiste de l'histoire de l'hydraulique, nous explique comment les ingénieurs hydrauliciens et les fontainiers ont travaillé pour assurer l'omniprésence et la diversité des jets d'eau des jardins du château de Versailles.

Il démontre ainsi que les métiers de l’eau ont de tous temps réalisé des prouesses.

Au XVIIIème, les problèmes d’étanchéité ont étés réglés par la mise au point de revêtements multicouches qui permettaient d’allier des toiles cirées et du métal pour assurer l’isolation de tous les réservoirs.

Autre exemple extrêmement intéressant : le perfectionnement de la technologie des canalisations. Au début du chantier, les canalisations étaient en bois, assez vite elles sont devenues en plomb et grâce aux découvertes des Francine, on a inventé des canalisations en fonte et raccordables avec des joints et des écrous et ces canalisations existent toujours dans les sous-sols de Versailles.

Donc on voit bien que tous les ingénieurs ont déployé énormément d’efforts pour perfectionner tous les instruments techniques mais aussi de débit. Toutes les fontaines devaient donner l’impression de profusion alors que l’eau était rare. Les ingénieurs ont donc perfectionné les vannes et la robinetterie pour donner cette impression d’eau en quantité mais ont également régler le problème par astuce : on ouvrait les vannes au passage du  Roi et, dès qu’il avait disparu du paysage, on les refermait pour économiser l’eau !

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.