Tourisme en zones humides

Par le Centre d'information sur l'eau, le vendredi 1 mars 2013 16:06

L'homme est naturellement attiré par l'eau : plages, lacs, rivières et, plus exotiques, les récifs coralliens. A ce titre les zones humides sont un véritable appel au tourisme. En Bretagne, partons à la découverte de deux zones humides exceptionnelles : La Brière et les marais salants de Guérande.

saline-sel-guerande-soleil

Zone humide La Brière, inscrite à la Convention internationale de RAMSAR

La Brière, située sur la presqu'île de Guérande, est le second marais d'eau de France par sa taille : 20 000 hectares de zones humides.

Il y a 5 000 ans, l'océan a envahi cette région, faisant disparaître les immenses forêts de chênes et créant des marais d'eau. Les hommes se sont ensuite installés à proximité de ces zones humides et ont tiré partie de toutes leurs richesses : chasse, pêche, extraction de la tourbe, exploitation du roseau et, bien plus récemment, le tourisme en zones humides. Les marais de Brière ont une particularité juridique : depuis 1 461, les habitants des 21 communes riveraines en sont les propriétaires en indivision.

Cette zone marécageuse profite au tourisme et peut se découvrir à pied, en calèche tirée par un cheval de trait ou, au plus près de l'eau, dans une barque à fond plat. Ses paysages sont très variés et plusieurs milieux s'y côtoient : prairies humides, canaux, plans d'eau, roselières et marais salants. La végétation y est très variée : roseaux, saules, lentilles d'eau mais également nénuphars et iris. Elle est le refuge d'insectes, d'amphibiens et de poissons, ce qui en fait un véritable garde-manger pour les oiseaux (hérons, foulques) et les mammifères tels que les loutres, sans compter les espèces de poissons protégés tels que l'anguille ou le brochet. Les promenades dans la zone humide La Brière sont toujours des découvertes animalières. Sans compter que le marais d'eau étant sur la route des pays chauds, ils sont une escale et un lieu de naissance pour les oiseaux migrateurs comme le canard souchet, la foulque macroule ou le hibou des marais. La Brière permet également de visiter un véritable patrimoine bâti : celui des chaumières. En effet, c'est ici que l'on peut voir 3 000 maisons au toit de chaume réalisé depuis des siècles avec les roseaux des marais d'eau.

Les marais de Brière sont désormais fragiles : l'arrêt des activités du tourbage et de l'extraction des vases et la prolifération de l'écrevisse de Louisiane déséquilibrent ces zones humides. La Brière est aujourd'hui inscrite à la Convention internationale de protection des zones humides (RAMSAR). L'objectif est de préserver la ressource en eau des pollutions naturelles et industrielles.

Zone humide Les Salines de Guérande

Les marais salants sont inscrits sur la liste des zones humides d'importance internationale de la Convention de RAMSAR. Les Salines de Guérande est une zone humide unique qui doit être protégée.

Il y a des milliers d'années, le niveau de l'eau de l'océan s'est élevé. Des terres ont été envahies et des chenaux se sont créés qui, à la marée montante, laissent passer l'eau salée dont une partie stagne dans les terres. C'est ce qui a permis la création de la zone humide, les marais salants de Guérande d'une superficie de 2 000 hectares. Ce site remarquable pour le tourisme a été inscrit par la France au Patrimoine Mondial de l'Unesco pour que son importance floristique et faunistique ainsi que son témoignage d'activité humaine soient reconnus.

Les marais salants de Guérande sont un lieu de vie exceptionnel. La faible profondeur des bassins laisse entrer largement la lumière. Ce qui favorise la présence de plancton qui est la base de la chaîne alimentaire. Ainsi, plus de 280 espèces d'oiseaux migrateurs hivernent et se reproduisent dans les zones humides, les marais. Tandis que les espèces végétales sont variées. La plante emblématique reste la salicorne qui pousse dans l'eau salée. Elle est appréciée des gourmets qui la dégustent au vinaigre comme les cornichons ou sautée au beurre (salé !) comme les haricots verts.

La visite des marais salants c'est aussi l'occasion de découvrir une activité traditionnelle de plus de 2 000 ans : celle du paludier qui cueille la fleur de sel.

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.