Consommation et prélèvements en Europe

Par le Centre d'information sur l'eau, le mercredi 23 septembre 2015 08:01

En Europe

L'Europe présentant des contextes géographiques et climatiques variés et du fait de situations économiques et démographiques bien distinctes, les prélèvements d'eau par usage sont variables d'un Etat à l'autre.

drapeau-europe-statue

Chaque année, 218 km3 d'eau sont prélevés dans l'Union Européenne.

L'Allemagne, l'Italie, la France et l'Espagne totalisent plus de la moitié des prélèvements totaux. Lorsque l'on raisonne en prélèvements par habitant, l'Italie, le Portugal et l'Espagne arrivent en tête, avec des niveaux de prélèvement d'eau par habitant bien supérieurs à l'Allemagne et à la France, ce qui s'explique par les besoins de l'agriculture, notamment l'irrigation. Parmi les pays dont les prélèvements d'eau par habitant sont bas, on trouve le Danemark, la Suède, le Luxembourg, les Pays Bas et le Royaume Uni.

- Au Danemark, au Luxembourg, au Royaume Uni et en Irlande, plus de 40 % des prélèvements sont effectués pour l'approvisionnement public (eau potable consommateurs domestiques).

- En Belgique, Allemagne, France et aux Pays Bas, les prélèvements pour la production d'énergie sont importants (la plus grande partie de l'eau prélevée sert à la production d'électricité). Certains pays d'Europe centrale et du Nord (Pologne, Hongrie, Estonie, Lituanie) enregistrent les plus gros taux de prélèvement en eau pour la production d'énergie.

Dans les pays du Sud de l'Union Européenne, comme par exemple l'Italie, l'Espagne, la Grèce et le Portugal, c'est l'agriculture qui prélève le plus d'eau.

Dans les pays d'Europe du Nord comme la Finlande et la Suède, peu d'eau est utilisée en agriculture. Par contre, la production de cellulose et de papier, activité forte consommatrice d'eau, est importante et l'eau est prélevée principalement par l'industrie.

L'Europe consomme chaque année 180 km3 d'eau dont 80 km3 en Europe de l'Ouest. La demande en eau par habitant y est aussi plus faible qu'en Asie mais cette relative faiblesse résulte des pratiques agricoles (cultures moins gourmandes en eau et irrigation moins utilisée).

Source Eurostat

Dans le Monde

La consommation d'eau s'est multipliée par six au cours du siècle dernier, soit deux fois plus vite que le taux de croissance démographique.

goutte-eau-forme-terre-feuille

Cependant, la croissance de la demande en eau varie fortement d'un pays à l'autre, cela dépend de leur développement, de leur population et de la ressource elle-même. Globalement, les pays les plus consommateurs d'eau utilisent d'avantage d'eau pour l'irrigation et l'industrie.

Les prélèvements d'eau sont fortement concentrés puisque les cinq pays les plus utilisateurs d'eau cumulent 60 % du total mondial. L'importance de leur population explique cette prédominance (mais l'agriculture contribue lui aussi pour beaucoup dans ces prélèvements).

  • Chine (1,240 milliard habitants) 525 km3/an
  • Inde (970 millions habitants) 500 km3/an
  • USA (270 millions habitants) 467 km3/an
  • Pakistan (146 millions habitants) 155 km3/an
  • Russie (146 millions habitants) 77 km3/an

(source : World Resources Institute 2011)

Le volume total d'eau douce prélevé au niveau mondial est, en 2012, de 3 890 km3 selon la FAO (représentant 555m3 / habitant / an).

L'agriculture est de loin le premier consommateur d'eau : 70% de l'eau prélevée est utilisée pour l'irrigation (pouvant atteindre le taux de 90% dans certaines régions du globe).

Les usages industriels représentent 20% et les usages domestiques 10%.

asiatique-riziere-travail-eau-irrigation

Ainsi l'agriculture est l'activité humaine qui utilise la plus grande quantité d'eau, majoritairement consacrée à l'irrigation des cultures. Aujourd'hui, avec près de 20% de terres irriguées (310 millions d'hectares) dans le monde (5% en Afrique et 35% en Asie) on produit près de 40% de l'alimentation mondiale.

Les terres irriguées assurent une productivité 2,7 fois supérieure à celles des terres arrosées par la pluie.

310 millions d'hectares irrigués sur 1,5 milliard d'hectares de terres cultivés.

Les surfaces irriguées ont environ doublé dans le monde depuis 1960 et le recours à l'irrigation va devenir de plus en plus indispensable dans l'agriculture pour répondre à l'augmentation des besoins alimentaires.

Plus des deux tiers des terres irriguées se trouvent en Asie dans les territoires à forte densité de population où la forte croissance démographique a justifié une intensification de la riziculture.

Ainsi, les variations selon les régions du monde sont importantes, en raison du climat, du type de cultures, des techniques d'irrigation utilisées et du rendement des récoltes. 32% des prélèvements vont à l'agriculture en Europe contre 84% en Afrique et 88% au Moyen-Orient.

En 2050, l'agriculture mondiale devra nourrir 9 milliards d'individus.

Si l'explosion démographique et urbaine fait grimper les besoins en eau, la croissance de la production alimentaire mondiale ne pourra se faire sans l'aide de l'irrigation et de l'industrialisation (La FAO estime qu'il faudra augmenter la production alimentaire de 70% d'ici 2050).

L'irrigation jouera un rôle de plus en plus stratégique. Et inévitablement une utilisation aussi intensive de l'eau pour l'agriculture fragilisera les disponibilités en eau (voir chapitre).

Source Aquastat – Base de données : http//fao.org/nr/aquastat– FAO 2012.

Une gestion durable de l'eau dans le domaine agricole

irrigation-goutte-a-goutte-champs

De nouvelles et multiples méthodes techniques sont mises en place pour réduire sensiblement les prélèvements en eau tout en améliorant les rendements des périmètres irrigués « more crop per drop »

- L'irrigation enterrée, au moyen de canalisations ou récipients poreux placés dans le sol.

- L'irrigation goutte-à-goutte, permettant de localiser l'irrigation aux racines des végétaux.

- L'irrigation par aspersion, reproduisant artificiellement la pluie.

- L'irrigation par épandage des eaux de crue (eau de pluie) permettant de détourner les eaux de pluie ruisselant sur les bassins versants environnants pour les diriger vers les sols cultivés.

- Le recyclage des eaux usées, véritable ressource alternative, permet une économie des ressources hydriques en amont et une réduction de la pollution en aval. De plus, les eaux usées peuvent souvent constituer une source d'éléments nutritifs pour les plantations.

Au niveau mondial, les prélèvements d'eau à des fins industriels et énergétiques représentent près de 800 km3/an, soit 20% des prélèvements totaux.

Dans les pays où l'usage industriel et énergétique est dominant, plus de 60 % des prélèvements en eau y sont destinés, citons l'Europe et l'Amérique du Nord.

Avec le développement économique, les prélèvements d'eau sont en expansion dans les pays du Sud.

L'eau domestique ne représente qu'un dixième des prélèvements au niveau mondial. Taux variant de quelques pour cent dans les pays les plus pauvres à 10 – 20% dans les pays développés.

Les facteurs expliquant les différences dans les consommations d'eau entre les pays

Les prélèvements et les consommations d'eau varient fortement d'un pays à l'autre.

Ces différences s'expliquent par une multitude de facteurs :

  • Le climat

C'est le facteur qui détermine le recours à l'irrigation. Dans les zones arides, semi-arides ou méditerranéennes, la production agricole dépend de l'irrigation, ce qui accroît considérablement la demande globale en eau.

  • La répartition de la population et sa densité

Le taux d'urbanisation joue un rôle non négligeable.

  • Le degré de développement économique

Le niveau de développement influence la demande des collectivités et des secteurs industriels et énergétiques. Plus le niveau de développement sera élevé, plus les besoins industriels, domestiques et émanant de la collectivité seront importants.

Les pays en développement n'utilisent pas forcément moins d'eau que les pays les plus développés. Les différences s'affirment en termes de répartition des consommations entre les différents usages de l'eau.

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.