Les clefs pour comprendre l'eau en France (partie 2)

Par le Centre d'information sur l'eau, le jeudi 4 septembre 2014 08:14

L'eau potable est le produit alimentaire sur lequel nous avons la plus grande marge de sécurité.

Préserver les ressources en eau... Les Français s'inquiètent à ce sujet. Selon le baromètre TNS/SOFRES du Centre d'information sur l'eau, ils sont plus de la moitié à penser que la qualité des nappes souterraines et des rivières va se dégrader à l'avenir.

Il faut préserver ces ressources avec détermination et développer des savoir-faire déjà reconnus sur les zones humides où l'on s'applique à reconstruire la biodiversité aquatique.

L'état de la ressource se dégrade : 45 % de nos eaux de surfaces sont en bon état écologique et à peine plus de la moitié de nos eaux souterraines sont en bon état chimique.

L'Europe finance la qualité de l'eau

L'Europe finance jusqu'en 2015 des projets d'amélioration de la qualité d'un tiers de ces masses d'eau. Cela représente, selon la Cour des comptes, 24,7 milliards d'euros. Qui va superviser le sauvetage de nos masses d'eau ? Comment préserver la compétitivité de notre agriculture tout en préservant la ressource ? Quel financement prévoir ? Le consommateur ne pourra pas seul assumer la facture de la protection de l'eau. Les acteurs doivent se concerter pour agir ensemble.

Préserver les ressources en eau, c'est, au-delà des traitements curatifs, apporter des solutions alternatives que permet la technologie : réutilisation des eaux usées pour limiter les prélèvements excessifs sur la ressource en eau, les retenues de substitution pour faire face aux épisodes de sécheresse ou la réalimentation des nappes souterraines grâce à des prélèvements d'eaux de surface excédentaires en hiver.

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.