La France épuise-t-elle ses réserves d’eau ?

Par le Centre d'information sur l'eau, le mercredi 12 février 2014 17:38

La plupart du temps, les prélèvements en eau s'effectuent dans des réserves qui sont réalimentées par les précipitations. Ils se font plus rarement dans des réserves d'eau stockées en grande profondeur.

A travers le monde, nous vivons pratiquement toujours sur l'eau qui arrive et pas du tout sur les réserves.

Nous ne vivons pas sur nos réserves d'eau

Les réserves sont éventuellement exploitées dans certains pays très arides comme le Sahara où se trouvent des réserves d'eau fossiles ou des grandes nappes en profondeur. Aux Etats-Unis, Il existe un grand aquifère nommé l'Ogallala que les Américains ont peu à peu vidé : les prélèvements d'eau se faisaient plus vite et en plus grande quantité que les recharges par la pluie ne pouvaient fournir.

En France, l'eau des ressources se renouvelle

En France, aucune réserve n'est épuisée au cours d'une année. Nous avons de l'eau qui se renouvelle, qui coule dans les rivières ou qui est stockée dans les aquifères. Et, bon an mal an, les aquifères se reconstituent et le stock est ainsi renouvelé : on vit sur le flux annuel des précipitations.

Évidemment, s'il se produit une longue période pendant laquelle il ne pleut pas, ces nappes, qui alimentent les rivières, finissent par s'écouler moins vite et donc on a de moins en moins d'eau disponible. Mais ce n'est qu'une situation provisoire jusqu'à la reprise des précipitations utiles à l'automne suivant. C'est donc une variabilité interannuelle des ressources qui arrivent chaque année, ce n'est pas un épuisement des stocks.

Témoignage autour des ressources en eau

D'après Ghislain de Marsily, professeur émérite à l'Université Pierre et Marie Curie, Paris, et Membre de l'Académie des sciences. Retrouvez ses interventions et celles de nos experts sur Mycieau (Mycieau est la chaîne vidéo du Centre d'information sur l'eau) :


Sommes-nous en train d'épuiser nos réserves d... par mycieau

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.