« Le grand référendum » Sud Radio

Par le Centre d'information sur l'eau, le mercredi 23 septembre 2015 10:22

Marillys Macé, directrice du Centre d’information sur l’eau était l’invitée de Sud Radio, le 16 juin 2015, pour l’émission « Le grand référendum » présentée par Dimitri Pavlenko. L’émission abordait les thèmes de la qualité et du prix des services d’eau.

D. Pavlenko : L’eau, c’est un budget d’environ 500 € par an pour un ménage français […] est-ce qu’on comprend bien comment est fixé ce prix de l’eau et ce qu’il recouvre ? […]

M. Macé : Non, ce n’est pas très clair pour le consommateur, pourtant, si on se plonge dans sa facture, on a quasiment tous les renseignements : on sait les coûts de l’eau potable, de l’assainissement, des taxes et lredevances […]. Mais, les personnes en habitat collectif ne reçoivent pas de facture et paient l’eau à travers leurs charges locatives. Ceux-ci ont donc des difficultés à se rendre compte ce que recouvre cette part de leur budget.

D. Pavlenko : […] Les usagers du SPANC révèlent un système ou […] ce sont les petits propriétaires à la campagne qui paient le prix fort. N’y a t il un dysfonctionnement dans le système ?

Madame Macé : […] Beaucoup de gens relevant d’un système d’assainissement individuel ne pensent pas que leurs eaux usées sont polluées chimiquement ou microbiologiquement et risquent de polluer à terme les ressources en eau . Ils sont donc réticents à engager des dépenses pour traiter les eaux sales.

Monsieur Pavlenko : […] Est-ce aux particuliers de payer le prix d’une agriculture qui est quand même le premier pollueur des sols et donc de l’eau ? Madame Macé : L’assainissement non collectif n’a pas grand chose à voir avec la pollution agricole. On demande aux gens de prendre en charge leurs eaux usées. Parce que le schéma d’assainissement de la commune indique qu’à certains endroits on peux mettre de l’assainissement collectif et à d’autres endroits ce n’est pas possible car cela couterait trop cher à l’ensemble des habitants.

Mais ce système de réactualisation des normes […] [qui] oblige à tout changer […] ? En 2009, il y a eu un premier arrêté. On s’est aperçu qu’il existait des manques ; donc en 2012 on a refait une réglementation. Les gens ont du s’adapter sans toujours comprendre le pourquoi des évolutions. Trois ans plus tard, c’est vrai que ce n’est pas parfait. […] 

 

Ecouter le podcast

 

 

Les messages agressifs ou diffamatoires, les insultes et critiques personnelles, les grossièretés et vulgarités, les propos choquants, racistes, homophobes ou impolis et plus généralement tout message contrevenant aux lois françaises en vigueur sont interdits.

Nous nous réservons la possibilité d’informer votre fournisseur d’accès et/ou les autorités judiciaires de tout comportement malveillant. L’adresse IP de chaque intervenant (collèges inclus) est enregistrée afin d’aider à faire respecter ces conditions.